Le Mouvement associatif Auvergne-Rhône-Alpes

Lettre de la CRESS Rhône-Alpes du 22/03/2012

LA CONFERENCE PERMANENTE DES COORDINATIONS ASSOCIATIVES DE RHONE ALPES, Force vive du monde associatif est l’espace de regroupement des structures qui, sous le statut de la loi 1901, agissent dans de multiples domaines de la vie de la cité : Sport, Culture, Sanitaire, Social, Environnement, Solidarité Internationale, Tourisme, Développement Local, Jeunesse, Education Populaire, Egalité femmes hommes, Vie Etudiante, Droit de l’homme, Justice…

Sur Rhône-Alpes, ce sont aujourd’hui plus de 35 000 associations qui agissent très directement sur les territoires avec leurs coordinations, membres de la CPCA. Et si l’Economie Sociale et Solidaire représente en Rhône Alpes 10% des emplois, les associations en constituent le « gros bataillon » pesant à elles seules 80% de ces emplois. C’est dire l’importance de l’action associative dans sa dimension politique et sociale, comme au plan économique.

Dans son action, la Conférence Permanente entendfavoriser la promotion des valeurs citoyennes, de gouvernance démocratique, en terme de droits et d’égalité,. Elle se veut force de propositions et en capacité d’instaurer un dialogue permanent entre Pouvoirs Publics et associations. C’est à ce titre qu’elle assure la représentation de la vie associative privilégiant les initiatives alternatives, un partenariat efficace entre l’État, les collectivités territoriales et les associations et en défendant le principe et la nécessité de relations simplifiées, sécurisées, durables.

Pour ce faire,La CPCA développe sur la région des actions de concertation et de mutualisation de bonnes pratiques associatives et une présence forte au sein des instances politiques et partenarialesdu territoire (Conseil Économique Social et Environnemental Régional, Comité Régional de la Vie Associative, CRESS,C2RA,…). Elle assure également des travaux d’expertise et d’évaluation, des démarches d’animation ainsi que d’accompagnement des associations de toutes tailles, dans la réalisation de leur projet en des thèmes transversaux à tous les champs d’action des associations.

Plusieurs initiatives sont actuellement conduites par la CPCA pour appuyer les associations au cœur des enjeux liés à la démocratie, à l’engagement, à la solidarité. C’est ainsi qu’a été mis en place depuis plus de deux ans un Fonds commun de Formation des Bénévoles regroupant une trentaine de réseaux associatifs sur tout le territoire. Le choix stratégique d’un outil de collecte financière vise tout à la fois à lever des fonds extérieurs et à mutualiser des pratiques. Ce fonds commun permet la structuration d’une démarche collective de promotion des actions de formation centrée sur le développement des projets associatifs. Il vient en soutien de l’engagement des bénévoles renforçant leurs compétences face à la complexité grandissante de la gestion associative. Cette démarche inscrite dans le cadre du contrat sectoriel reçoit le soutien de l’Etat et de la région et bénéficie de l’accompagnement de la CRESS, lesquels ont reconnu la singularité de cette initiative pour un sujet qui ne peut être appréhendé que sur une simple logique de l’offre mais bien à travers l’analyse des besoins. 

La question de l’emploi associatif est aussi évidement à l’agenda de la conférence. Considérant le poids du secteur associatif, faire aujourd’hui reconnaître la place et le rôle important des associations dans leur fonction employeur constitue un enjeu important dans le contexte politique et économique que nous connaissons. Surtout au moment où les effets de la crise impactent dorénavant le secteur et alors que les exigences de tous ordres vont croissantes. En partenariat avec la CRESS, le réseau national des maisons des associations la CPCA a convié les acteurs de l’accompagnement – professionnels comme élus associatifs – à réunir leurs forces pour engager un travail de reconnaissance réciproque, de complémentarité territoriales, thématiques et de compétences. La démarche vise là à venir en soutien de petites et moyennes associations dans cette fonction employeur. Pour un emploi de qualité, donc sous – tendu par une gouvernance reposant sur les valeurs défendues par le monde associatif et dans sa forme singulière « d’ entrepreneuriat » .

La CPCA à travers ces initiatives de représentations comme dans ces chantiers en cours veut voir s’instituer un dialogue civil . En effet, à l’image de ce qu’est le dialogue social en France, les associations, en leur qualité de corps intermédiaire, estiment devoir être entendues par les Pouvoirs Publics. Sur la base de leur projet associatif, moteur et sens de leur action. Elles ont ce savoir – être et ce savoir faire qui conjuguent démocratie participative directe et démocratie représentative, elles possèdent une connaissance aiguë du terrain, des besoins sociaux, des aspirations des territoires. Et les Français aujourd’hui à plus de 70% placent leur confiance en direction des associations. Autant d’atouts sur lesquels s’appuie la CPCA dans sa fonction de porte parole pour inviter les Pouvoirs Publics à une concertation régulière en amont de la définition de leurs Politiques. Et éviter toute instrumentalisation consistant à faire des acteurs associatifs de simples relais de dispositifs. C’est ainsi que dans l’actualité des échéances électorales, la CPCA au plan national comme régional s’est mobilisée pour saisir les partis et élus politiques en vue de formuler des propositions. Tandis que le 10 mars, les candidats à la présidentielle étaient reçus, une conférence était organisée par la CPCA Rhône Alpes en partenariat avec l’université de Lyon 3, à Lyon en début de mars. Elle a réuni plusieurs élus régionaux et candidats aux élections législatives sur le thème de la prise en compte de la vie associative. De nombreux sujets ont été abordés : Bénévolat et engagement, emploi associatif, modèle économique, financement et impact de la législation Européenne, force nécessaire et pertinente de l’organisation en réseaux dans les territoires, politique de l’Etat, dispositions législatives, suites du rapport Vercamer, réforme des collectivités territoriales,… (Voir le site qui relate les interpellations et débats ainsi que la plate forme de propositions de la CPCA)

La CPCA en Rhône Alpes participe donc bien à faire reconnaître ce rôle indispensable de l’activité des associations qui se joue bien au plan politique, économique comme social. Elle réaffirme son engagement au sein de l’économie sociale et solidaire.